Calendrier

Info-travaux


SEAO | Contrats municipaux




Fleurons du Québec

emblème floral " Gaillarde Goblin "

Historique
Présentation de la Municipalité de Saint-Philippe
Contexte historique

La Municipalité de Saint-Philippe, constituée officiellement en tant que municipalité en 1996, possède toutefois des origines qui remontent au 17e siècle.


À  l’origine, l’actuelle Municipalité de Saint-Philippe faisait partie du territoire de la Seigneurie de La Prairie-de-la-Magdeleine, qui couvrait le territoire actuel des municipalités de La Prairie, Brossard, Candiac, Sainte-Catherine et Saint-Philippe, ainsi qu’une partie du territoire des municipalités de Saint-Lambert, Delson, Saint-Constant, L'Acadie, Saint-Luc et Saint-Jacques-le-Mineur. En 1647, la seigneurie de La Prairie-de-la-Madeleine a été concédée par Jean de Lauzon à l'abbé Jean de Laferté, jésuite et curé de La Madeleine de Paris. C’est en 1667 que les premières familles s’installent, « ces courageux pionniers », tel que mentionné par Monseigneur de Pontbriand, évêque de Québec.


En 1744, la première paroisse de Saint-Philippe, la Fabrique de la côte Saint-Philippe, est fondée. C’est à la suite de la cessation de huit (8) arpents de terre, dans la côte Saint-Philippe de la Seigneurie de La Prairie-de-la-Magdeleine, par le Sieur Louis Proveau et son épouse Marianne Girou, et dame Marie-Angélique Maheu veuve de feu Sieur Pierre François Girou, qui permet la construction de la première église. Celle-ci est bénie en 1751, sous le titre de Saint-Jean-François-Régis, le patron des Jésuites de la province de France. La deuxième église de Saint-Philippe, la première construite de pierre, a été bénie en 1782. Celle-ci contribuera à l’accélération du peuplement de la petite communauté. La deuxième église a été en place jusqu’à l’incendie partiel de janvier 1843 et la bénédiction de l’église reconstruite a lieu à la fin de la même année. Devenue rapidement trop petite, une troisième église est construite et bénie à la fin de 1876. Le nouveau presbytère adjacent, toujours existant aujourd’hui, est béni en 1885.


Le 23 juin 1972, l’église de style néo-gothique est incendiée. Il s’agissait d’un exemple rarissime de ce type architectural. L’inauguration de la nouvelle église, en 1973, d’architecture plus moderne, contraste avec l’ancienne.


L’arrivée du 19e siècle apporte ses lots de changements pour Saint-Philippe. Les modifications successives de la législation au Bas-Canada ont un impact sur le statut de la municipalité, et ce, à plusieurs reprises. C’est en 1845 qu’est constituée la Municipalité de la Paroisse de Saint-Philippe, sous la gouverne de Monsieur Amable Coupal, le premier maire de Saint-Philippe.


Deux ans plus tard, en 1847, à la suite de l’adoption de l’« Acte pour faire de meilleures dispositions pour l’établissement d’autorités municipales dans le Bas-Canada », la Municipalité de la Paroisse de Saint-Philippe est abolie, devenant ainsi partie de la municipalité de comté de Huntingdon.


Ce n’est qu’en 1855, à la suite de l’adoption de l’« Acte des Municipalités et des chemins du Bas-Canada » que la municipalité de la Paroisse de Saint-Philippe retrouve son nom et son statut. C’est cette Loi qui a instauré les bases du système municipal en vigueur aujourd’hui au Québec. Le premier maire de Saint-Philippe sous ce nouveau régime a été M. Joseph Normandin, qui était également le gendre d’Amable Coupal.


En 1841, par décret d’érection canonique, la paroisse de Saint-Philippe est reconnue au niveau religieux en précisant ses bornes. Cependant, trois autres municipalités sont créées à partir du territoire de Saint-Philippe, soit la Paroisse de Saint-Jacques-le-Mineur en 1834, la municipalité de Saint-Mathieu en 1917 et la Ville de Candiac en 1957.


L’arrivée d’une importante infrastructure autoroutière (A-15) en 1966 et d’un premier tronçon de l’autoroute de l’Acier (A-30), vient structurer l’espace de la municipalité et marquer son isolement par rapport à la ville centrale. D’autre part, la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (L.R.Q., c. P-41.1), entrée en vigueur de en 1979, vient encore une fois encadrer l’espace et restreindre les possibilités de développement de la communauté.

 
 
 
©2010 Municipalité de Saint-Philippe. Tous droits réservés. Réalisé par GodinS.ca